Education

Conférence « Enfants à haut potentiel »

Petit compte-rendu des conférences en ligne ici. J’ai trouvé le chargement particulièrement lent, même en sélectionnant la faible qualité des vidéos.

1- Présentation générale

Intervenants :

  • Catherine Mercier Benhamou – DA SEN Adjoint de l’Essonne
  • Danièle Toubert, docteur en psychologie, I.N.S.H.E.A. (formation des personnels de l’éducation nationale qui interviennent auprès des enfants en situation de handicap ou avec des besoins spécialisés)
  • Plorence Pâris, enseignante RASED puis enseignante spécialisée. Coordinatrice du dispositif depuis le mois de septembre).

Impulsion nationale relancée l’année dernière, où il y a eu de nouveau une demande pour mettre un dispositif par département. Dans l’Essonne, un réseau de trois collèges et d’écoles qui alimentent ces trois établissements a été mis en place.

Le but est de voir comment de bonnes pratiques pourront être transférées dans d’autres établissements, de manière à ne pas obliger les enfants à être scolarisés dans un secteur qui n’est pas le leur. Pour l’instant, on accompagne la démarche dans les collèges où il n’y a pas ce dispositif.

Tout est à construire avec un accompagnement, mais un espace de liberté.

2. Introduction de Dimitri Afgoustidis

Il s’intéresse à la précocité depuis longtemps.

On a réussi à montrer l’intérêt de cette recherche en l’inscrivant dans les besoins éducatifs particuliers.

Il justifie ceci en disant que seulement un tiers de ces enfants « fonctionnent bien », d’autres sont en grande détresse. Il a note que beaucoup d’adultes qui s’y intéressent le font pour des raisons personnelles. Il y a un enjeu politique, sociologique, mais son but n’est que de présenter la précocité de manière scientifique.

Remarque personnelle : D’où sort ce 1/3, que l’on retrouve dans de nombreux textes ? Vu qu’on est loin d’un monde idéal où l’on ferait passer des tests à tous les enfants pour détecter la précocité, il y a des enfants en échec scolaire qui ne savent pas qu’ils sont précoces, et d’autres qui réussissent bien et ne le savent pas non plus…

3. Quels termes utiliser pour désigner les enfants ?

  • surdoué : vient de l’américain : gifted, qui fait référence au don. Dans l’antiquité, cela faisait « gâté par les dieux », aujourd’hui ça pourrait être lié à la génétique, or on n’a pas trouvé de gène de l’intelligence… N’est plus utilisé
  • douance (canada), vient de giftness… La problématique est la même
  • précocité intellectuelle : retenue dans le cadre ici. Ca s’inscrit dans une logique  de développement. S’agit-il vraiment d’acquérir des aptitudes avant l’âge ? Ce terme peut dissimuler des problèmes.
  • hight hability : habilité élevée. Ce terme utilisé en Europe ne dit rien sur la nature de l’aptitude élevée.
  • haut potentiel : A la faveur des spécialistes, ça fait un peu chargé électriquement… Mais c’est préférable car ça ne fait appel à des dispositions et non pas à des réalisations scolaires ou académiques.
  • les zèbres : mais dans le milieu éducatif, on a du mal…

Ils sont très casse-pied, ne sont pas là où on les attend et si on met un terme, ils vont le déjouer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s