Je souhaiterai compléter le CR sur l’hypersensibilité de ce qui a été dit lors de la réunion, étant absente lors de la réunion j’ai souhaité apporter ma contribution en envoyant un mail à Stéphanie et Elisabeth, Elisabeth et Stéphanie ont pensé que c’était utile que je le partage sur ce site.  Je ne suis pas une professionnelle seulement un partage d’expérience.
L’enfant HPI a parfois du mal avec la collectivité, alors que très jeune nous lui imposons un rythme qui ne lui convient pas forcément, si il y a la possibilité de lui préserver des moments à lui. Apprendre très jeune à calmer ses émotions, à travers la respiration, le livre « Calme et attentif comme une grenouille » est une bonne approche de la gestion du stress.
Concernant le mental de l’enfant HPI , il peut être tiré par le bas très vite, et cela peut être une spirale sans fin, tout ce que vous avez dit lors de la réunion est très bien, comme je l’avais expliquée lors d’une réunion, il est important de le laisser s’exprimer en fin de journée (je dirai vider son sac) lorsqu’il arrive au positif de la journée il se sera apaisé de lui même.
Lorsqu’il vous parle d’un problème, d’une contrariété, ne relativisez pas, il ne faut pas oublier qu’ils sont en avance par rapport à leur âge et le fait de le prendre au sérieux et prendre en compte son point de vue permet un échange, et qu’il peut être pris au sérieux peut être pas dans son sens mais lui permettre de réfléchir et lorsque vous vous trompez il faut savoir le reconnaître aussi.
Concernant le stress et l’angoisse des contrôles, examen, changement d’une situation…il y a la visualisation, voir le déroulement de l’événement en positif et la réussite au final pour certain cela marche (souvent ce travail peut être mis en place avec une sophrologue) j’ai trouvé une solution qui marche, lorsque l’enfant (ou l’ado) se met en mode stress lié au contrôle, il faut arriver à casser le mental négatif (pleure, crise d’angoisse, oublie de la leçon) il faut l’accompagner et le rassurer, être dans le dialogue, toujours avec patience si il exprime son mal être, il est dans une réelle souffrance.
Ensuite en amont de la source du stress, choisir une musique, une phrase, un film, une image…. un élément qu’il associe à du positif, ensuite prendre un objet qu’il peut mettre dans la poche (cela peut être une pierre, un porte clef, un tissu) quelque chose qui lui parle, et lorsqu’il arrive au déclencheur de l’angoisse et que cela monte en intensité, il peut toucher l’objet, en mettant en place ce processus , cela lui permet de se déconnecter de son mental négatif un laps de temps pour revenir sur le sujet, les contrôles, examens ou événement  sont abordés plus sereinement.
Nous n’y pensons pas : l’ostéopathie est aussi une solution pour le corps (pour le stress, souvent l’enfant est sous le contrôle donc tension, position…  pour le corps, un jour un osthéo a très bien exprimé la problématique d’un enfant de 8 ans un moteur de Ferrari dans un corps de 2CV, le corps a du mal à suivre. Ensuite il peut y avoir l’homéopathie traitement de fond en douceur et les fleurs de Bach traitement d’urgence et peut être suivi pour une période très courte pour gérer une émotion intense et très difficiles à surmonter .
Et pour finir il est souhaitable de rester dans le dialogue et l’amour car c’est proportionnel à leur intelligence, même si ce n’est pas facile tous les jours. Si cela est nécessaire n’hésitez pas à vous tourner vers un professionnel  (psy ou sophrologue) attention de bien, le choisir, ils doivent connaître la précocité et n’oubliez pas vous êtes en tant que mère ou père  à même de pouvoir aussi l’accompagner. Faites vous confiance
Rassurez vous de nombreux enfants vont très bien, mais vous savez qu’il y a des moyens pour les aider et les accompagner en cas de nécessité…aussi bien l’enfant que l’adulte
Sandrine
J’ai noté certains points lors de la réunion du 06 novembre sur l’hypersensibilité.
Nous parlerons de l’hypersensibilité chez les enfants précoces,  encore volontiers le 27 novembre avec Julie d’Agostino.
Pour la gestion des réactions corporelles, nous avons abordé la gestion de la respiration.
 Il faut que l’enfant se recentre sur sa respiration. Quand son hypersensibilité le submerge, le fait de repenser à sa respiration l’aide à retrouver ses esprits.
L’enfant peut aussi avoir une chanson, un poème dans la tête qu’il se répète.
Pour la gestion des effets bloquants sur l’intellect, nous avons parlé de la méditation de pleine conscience. Le cerveau ne pense plus aux problèmes mais au corps. L’enfant se recentre sur lui-même.
Pour relativiser ses émotions de la journée, la méditation positive peut être un bon système. Le soir, avant de dormir, l’enfant doit trouver et nommer trois choses positives de leur journée.
L’idée pour les parents est de leur proposer, de le faire avec eux, puis de les laisser faire seuls. L’enfant adhère ou pas.
Rester à l’écoute de leur hypersensibilité : Entendre qu’ils sont grands et leur dire qu’on ne les prend pas pour des bébés. Mais leur expliquer que c’est notre rôle de les mettre en garde.
L’hypersensibilité s’exprime des fois avec l’empathie très présente chez ces enfants.
Valoriser l’enfant quand l’hypersensibilité l’a aidé à faire quelque chose de bien, qu’un autre enfant du même âge moins sensible n’aurait peut-être pas fait.
Penser à dire à l’enfant que lorsqu’il se sent débordé par son hypersensibilité, qu’il doit regarder les autres. Ils ne sont pas plus à l’aise. Leur faire prendre conscience que tout le monde se moque de tout le monde.
Le conseil retenu est qu’il faut entraîner l’enfant avant les situations d’urgence, quand l’enfant est bien. L’enfant doit se faire une mallette de « trucs » pour gérer l’état de stress dans lequel l’hypersensibilité les met.
Puis il faut retravailler la situation après. Poser les questions comme:
 » Qu’Est-ce que tu en as pensé ? » après une situation qui a été difficile pour lui
Ne pas dire  » Tu as eu mal ? »
 « Tu as été blessé ? »
pour l’enfant qui verbalise.
Lui parler mais attendre que l’enfant dise lui-même ce qu’il ressent.
Eventuellement, on peut leur raconter une anecdote :  » Moi quand j’étais petit, …. »
Pour les plus jeunes, parler à un doudou. Utiliser des marionnettes.
L’hypersensibilité est liée à l’estime de soi, la confiance en soi. Les EIP ont peu confiance en eux, voir pas du tout.
L’enfant EIP est différent. Est-ce que le fait de savoir qu’il est précoce donc différent, n’est pas une bonne chose ? Au moins, il ne pense pas qu’il est fou, attardé.
On peut leur donner des exemples de personnes différentes formidables.
Un conseil de livre : « le yoga de kika »
Sinon, une autre maman a pris des notes qu’elle devrait envoyer au groupe très vite.
Donc j’espère au 27 novembre pour réfléchir ensemble avec Julie au thème de l’hypersensibilité et comment aider notre enfant à la gérer .
Bon dimanche malgré ces tristes actualités.
Stéphanie REY

Blog Histoire Géo

memorisation

Nous possédons tous plusieurs types de mémoire : une mémoire visuelle, axée sur la vision ;  une mémoire auditive, axée sur ce que nous entendons et une mémoire kinesthésique ou mémoire sensorielle, basée sur les autres sens que la vue et l’audition.

Ces trois formes de mémoire fonctionnent alternativement ou conjointement. Selon les personnes la mémoire dominante est différente mais la majorité de la population a une mémoire visuelle.  D’après une étude d’université  nous apprenons : 1%  des choses par le goût, 1,5% par le toucher, 3,5% par l’odorat, 11% par l’ouïe et 83% par la vision.

img-3

La première mémoire est la mémoire immédiate, la mémoire sensorielle, celle des sensations. Nous ne gardons en mémoire les informations de cette dernière que durant quelques millisecondes. C’est la mémoire liée au goût, à l’odeur, à la chaleur, au froid… etc. Notre mémoire sensorielle ne nous renvoie…

View original post 557 mots de plus

Réunion du 6 novembre

Afin de préparer la réunion du 6 novembre, je vous interpelle sur le thème que vous aimeriez aborder.

Un thème a été proposé : l’hypersensibilité

Si ce thème vous convient, pouvez-vous développer vos interrogations à ce sujet ?

Si vous proposez un autre thème, merci de faire de même.

Les réponses sont souhaitées avant le 02 novembre afin de mettre en commun les propositions.

(S).

Archi, le perroquet hypersensible, hyperactif...

Archi, le perroquet hypersensible, hyperactif…


Quelques réponses :

  • L’hypersensibilité: les méthodes pour gérer au quotidien, résister devant l’entourage éloigné et accepter d’être soutenu par l’entourage proche. (I)
  • Je propose le thème de l’hyperactivité associée à la précocité intellectuelle. (M)

Prochaine réunion

Le groupe de paroles de parents d’enfants précoces se retrouvera le vendredi 02 octobre 2015 à 20h30 à la Maison pour tous de Courdimanche aux Ulis.

vache0001

Retrouvez toutes les dates sur la page Parents

Ce groupe est ouvert. Vous pouvez venir sans inscription. En revanche, il vous sera proposé de vous présenter et d’exposer vos difficultés en fin de séance (si vous le souhaitez). La plupart des habitués trouvent en effet que l’on passe énormément de temps à écouter des personnes qui ne reviendront pas, et dont les histoires se ressemblent. Pour que le groupe puisse avancer et aborder les thèmes décidés dans les réunions précédentes, le temps destiné à la présentation sera donc limité.

Pour en savoir plus :

MPT de Courdimanche
Maison pour Tous
24, résidence de Courdimanche
Tél : 01 69 07 48 04
mpt_de_courdimanche(at)lesulis.fr

La rencontre avec les parents vue côté enseignants…

L'ÉCOLE DE DEMAIN

resize

La réunion de parents de rentrée, de la maternelle au lycée, est un moment important pour nouer une relation de confiance avec les parents de nos élèves.
Ne pas manquer ce rendez-vous est essentiel or il est souvent vécu comme un moment de stress et/ou une corvée bien ennuyeuse.
Nous avons sollicité sur les réseaux professeurs et parents pour qu’ils nous fassent part de leurs astuces et de leurs attentes face à cette réunion, des choses paraissent évidentes, d’autres moins, en voici une compilation :

Avant

  • choisir un moment où les parents pourront facilement se libérer, sinon ils ne viendront pas ou arriveront en état de stress
  • prévenir assez à l’avance pour leur permettre de s’organiser avec un rappel quelques jours avant
  • leur donner envie de venir avec un aperçu de ce qui sera abordé

Idées 

  • l’invitation et/des affiches peuvent être préparées avec la contribution des élèves
  • recueillir les…

View original post 613 mots de plus

esukudu

esukudu_catherine_gueguen_emotions_neurosciences_affectives_enfantLe Dr. Catherine Guéguen, pédiatre à l’Institut hospitalier franco-britannique de Levallois-Perret, est l’auteure du livre Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau (Pocket, 2015). Dans la vidéo qui suit, elle souligne l’importance des émotions dans le développement de l’enfant, et le rôle déterminant des parents et éducateurs dans la formation du cortex orbitofrontal du futur adulte.

Le dernier film d’animation des studios Pixar, Vice Versa, nous projette à l’intérieur de la tour de contrôle des émotions, dans le cerveau d’une petite fille. La vulgarisation scientifique que nous en fait le Dr. Guéguen est plus fournie, moins marrante, mais tout aussi fascinante pour les non-avertis.

La branche de la recherche scientifique qui s’occupe des émotions, est la neuroscience affective. Contrairement aux neurosciences cognitives qui traitent de l’intellect (pensée, mémoire, langage), les neurosciences affectives traitent des capacités relationnelles et des…

View original post 743 mots de plus